L’interculturalité dans la vie professionnelle

Ou quelques pistes sur les différences culturelles dans le monde du travail

L’Allemagne, la République tchèque et la France sont trois pays distincts ayant leurs propres cultures. Comment cela se passe-t-il dans le monde du travail ? Le fait de penser que ces pays proches ne sont donc pas si différents est une illusion ! Pour bien travailler ensemble, il faut comprendre l’autre et ses méthodes de travail.

Sans tomber dans les clichés, nous allons pourtant voir que certains d’entre eux peuvent pourtant s’avérer être vrais.

La conception du temps est peut-être la première différence que l’on remarque dans ces trois pays. La ponctualité est prise au sérieux en Allemagne et en République tchèque : arriver avec 5 minutes de retard est mal vu et considéré comme non-professionnel. Arriver 10 minutes à l’avance est même implicitement très apprécié en Allemagne alors qu’en France arriver avec 15 minutes de retard n’a rien de surprenant... En France, la tendance est de prendre son temps le matin, même si cela signifie quitter son bureau plus tard. Pour les Allemands, c’est le contraire : le travail est efficace dès 8h du matin, on mange à midi le plus vite possible afin de rentrer tôt chez soi. Les Allemands n’aiment pas être interrompus dans leurs tâches à cause d’un emploi du temps prédéfini. Les Français, en revanche, ont plus de flexibilité.

Entre la France et l’Allemagne, la plus grosse différence dans le monde du travail est la spécialisation. Les Français sont assez polyvalents alors qu’en Allemagne, ce qui est important c‘est d’être expert ou spécialiste dans un domaine.

La notion de hiérarchie est différente en France, en Allemagne et en République tchèque. En effet, les supérieurs en France sont moins proches de leurs subordonnés : il faut garder une certaine distance. La personne en charge va décider sans avoir à se justifier ni trouver un consensus. C’est à elle de motiver son équipe mais aussi à elle d’assumer les erreurs. En Allemagne, le supérieur hiérarchique anime plutôt des réunions au lieu de les diriger. L’organisation de l’entreprise est horizontale alors qu’en France, elle est pyramidale. Ainsi, en Allemagne et en République tchèque, il est plus commun d’aller boire un verre après le travail avec ses collègues et supérieurs, tandis qu’en France, ces moments de convivialité se font généralement sans la présence des supérieurs.

En ce qui concerne le travail en équipe, les Tchèques aiment travailler en paire ou en équipe. Contrairement aux méthodes de travail présentes en France ou en Allemagne, en République tchèque, le travail à plusieurs domine et fait régner un certain esprit d’équipe. Ce dernier est peu présent en France, notamment à cause de la culture de l’élitisme. En moyenne, le temps de travail en Allemagne se situe entre 36 et 40 heures par semaine. Il est strictement réglementé par la loi, c'est-à-dire que le temps de travail quotidien ne peut dépasser huit heures et que le temps de travail hebdomadaire est limité à 48 heures. En résumé, cela signifie que la plupart des employés en Allemagne travaillent 7 ou 8 heures par jour, avec une pause déjeuner de 30 minutes à une heure. La durée légale du travail (temps de travail) en France est fixée à 35 heures par semaine. La règle des 35 heures s'applique à tous les salariés, à l'exception de ceux qui bénéficient de conditions de travail particulières, comme les représentants commerciaux. Une heure est généralement prévue pour le déjeuner. En République tchèque, la durée hebdomadaire de travail de 40 heures est généralement répartie sur cinq journées de huit heures. La pause déjeuner n’est pas décomptée dans le temps de travail.

Nos valeurs et nos différences interculturelles impactent le monde du travail. Il est donc important de s’intéresser à la culture de l’autre afin de comprendre les agissements des uns et des autres.

Pour conclure, quelques conseils sur l’interculturalité au travail :

  • Ne cherchez pas à interpréter des choses qui n’ont pas été dites : la communication en France, remplie d'ambiguïté et de sous-entendue, n’est pas la même qu’en République tchèque ou en Allemagne.
  • Exprimez-vous de façon claire et concise : en dire trop et changer de sujets n’est bon pour personne.
  • Ne coupez pas la parole : il est possible que, pour vous, il paraisse normal de ne pas laisser une personne s’exprimer jusqu’au bout pour commenter ou imposer son ressenti. Mais, afin d’éviter d’énerver la personne en face de vous, laissez-la finir !

Pour compléter ce propos, n'hésitez pas à regarder la vidéo ci-dessous, qui traite de l'influence de l'interculturalité dans la vie professionnelle de certains enseignants du master GPRE.

Video Thumbnail

Continuez votre parcours au sujet de l'interculturalité avec la section suivante